Le grand salon de discussion

Discuter d'actualité, de politique, de philosophie

17 juillet 2006

Esclavage moderne

Non pas que la date des évènements change quoi que ce soit au côté révoltant de l’esclavage, mais force est de constater que lorsque on a grandi dans une société qui se veut un minimum humaine, et qui pointe du doigt tous les comportements amoraux passés, on tombe de haut lorsqu’on apprend certaines choses.
En l’occurrence, j’ai beau ne plus croire depuis des années à la bonté de la nature humaine, je suis tombé de très haut lorsque j’ai appris cette nouvelle répertoriée comme un fait divers, et dont j’ai eu un mal fou à trouver des informations complémentaires sur le net, alors que j’estime que ce qu’il s’est passé n’est pas sans importance… 

En 1996, un couple d’origine ivoirienne, Adeline Kouassi et Zacharie Ediaho, était allé chercher deux jeunes (moins de quinze ans) filles en Côte d'Ivoire, promettant à  leurs familles de s'en occuper et de les scolariser en France. Arrivés chez eux après leur avoir fait passé clandestinement la frontière avec de faux papiers, le couple ne les a non seulement pas scolarisés, mais les a en plus obligés à faire le ménage et à s’occuper de leurs enfants, tous les jours, de 6h à 23h ; sans rémunération (évidemment), et les maltraitant régulièrement…
Au bout de trois ans et demi, une des petites filles a réussi à prendre la fuite et à prévenir la police, mettant fin au calvaire - peut-être même d’une troisième mineure que la police a retrouvé chez le couple.
« Zacharie me donnait des coups de pieds, de poings, de coudes partout sur le corps et elle, elle me giflait pour n'importe quel prétexte », « [Il] me marchait sur les pieds en me demandant si ça faisait mal et si je répondais oui, il me disait que c'était pas pour me faire du bien. Je n'avais que les restes de leurs repas. [...] J'ai perdu quinze kilos » témoigneront ainsi les deux jeunes filles. Ce  à quoi M. Ediaho répondra qu’il lui est arrivé de gifler quelques fois l’une d’elle « parce qu'elle faisait encore le ménage à  22H00 » (!).
De quoi se demander sincèrement : Mais où va le Monde ? 

Le plus révoltant dans toute cette affaire, c’est la sentence qui a été prononcée : 18 mois de prison dont 3 mois fermes pour avoir maltraité et employé à  domicile sans les payer deux mineures ivoiriennes pendant plusieurs années ; 10.000 euros de dommages et intérêts à  chaque victime, ainsi qu'un euro au Comité contre l'esclavage moderne (CCEM), partie civile dans le procès.
Je pense que l’ampleur de la condamnation se passe de commentaires, ou alors c’est moi qui ne comprends plus rien…
Désolé, je suis en colère aujourd’hui, mais lorsque j’entends des énormités pareilles aux infos, j’estime qu’il y a de quoi.

Posté par Bastogi à 07:28 - Cris du coeur - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    J'ai des jours d'intolérance où la loi du Talion me titille sévèrement. Je sais c'est navrant et vraiment pas constructif, mais 3 mois de prison pour des années de calvaire, d'une vie de peur et de souffrances, c'est pas cher payé. Néanmoins il me parait très difficile de "quantifier" le préjudice ici subit.

    Je trouve que ces pratiques deviennent un peu trop courantes dans notre beau pays, cet esclavage caché, ces clandestins rivés à leur outil de travail, chosifiés par des gens sans scrupules, je trouve cela vraiment ignoble et indigne de notre pays.

    Posté par Chris, 17 juillet 2006 à 13:27
  • Il est clair que la sentence est bien douce face à l’horreur de tel acte : 10 000 euros de dommage pour 3 ans de durs labeurs, on est bien loin du SMIC.
    Bien que cette nouvelle me révolte, je ne suis pas surprise de la sentence étant donné que rien ne se paye bien cher en France (viol, vol, agression, meurtre …), et c’est bien dommage, car c’est peut-être parce qu’il y a trop de laisser aller que les phénomènes se multiplient. Le plus choquant dans cette affaire c’est que ceux sont des ivoiriens (qui savent mieux que quiconque les atrocités existantes dans leur pays) qui exploitent leur propre compatriote.
    Je n’arrive pas à comprendre comment des êtres humains peuvent traiter aussi indignement des personnes. Moi qui croyais que le temps de l’esclavagisme était révolu … c’est pour ma part, manquer d’une totale humanité. Nous qui nous disions vivre dans un pays civilisé, nous avons encore beaucoup à faire et à combattre pour atteindre une certaine sérénité dans notre pays.

    Posté par Beha, 18 juillet 2006 à 08:58
  • penseurs amis

    J’ai enfin réussi, sur mon blog http://pensees-rebelles.blogspirit.com, a poser les liens des blogs qui me semblent soit le plus proche de moi, de mes pensées, soit qui me sont le plus agréables a visiter…
    J’ai donc, entre autre, posé le tien, en espérant que cela ne te dérange pas…

    A très bientôt

    Roi bourdieusien

    Posté par roi bourdieusien, 18 juillet 2006 à 16:56
  • Evidemment que ça ne me dérange pas
    Merci pour le lien, à bientôt.

    Posté par Bastogi, 19 juillet 2006 à 07:54

Poster un commentaire