Le grand salon de discussion

Discuter d'actualité, de politique, de philosophie

19 mars 2009

Scandaleux : le Pape défend les principes chrétiens…

Benoît XVI, en voyage pour l’Afrique, a déclaré dans l’avion qui l’amenait à destination que la distribution de préservatifs n’était pas la solution contre le sida, et qu’au contraire cela aggravait la situation.
Les médias se sont empressés de relayer l’information tout en la ponctuant de témoignages de diverses personnalités publiques (y compris catholiques – qui préfèrent apparemment brader leur valeurs contre un plus large public) qui se déclaraient choquées.

Les détracteurs du Pape oublient vite que la position de son prédécesseur, Jean-Paul II, n’était guère différente sur la question et, lorsque l’on connaît l’opinion de l’Eglise sur les relations sexuelles en dehors du mariage, d’autant plus dans un autre but que celui de procréer, je trouve qu’il n’y a pas à s’étonner ni à s’offusquer face à de pareilles déclarations, en tout cas de la part d’hommes d’Eglise.
A vrai dire, la seule chose que certains jugent scandaleuse, c’est que de telles déclarations vont directement à l’encontre des idées bien pensantes et de leur « Libéralisation du sexe ».
Non pas que je prenne le parti de Benoît XVI sur cette question, mais je suis d’accord sur le fait qu’il faut responsabiliser certaines relations sexuelles. Simplement, le préservatif est en attendant un (et non pas le seul) bon remède de se soustraire à ces responsabilités. Le reste - et notamment le fait que le préservatif invite à la débauche et à la luxure, n’est qu’une question de moralité ; et les religions ont tout à fait le droit d’exprimer leurs opinions sur ces sujets…

Au vu de telles réactions de la part de nos médias et personnalités publiques, je constate avec dépit que le monde occidental, qui prône à tout bout de champ les bienfaits de la laïcité, ne s’est en tout cas pas encore affranchis de sa dépendance envers l’Eglise.
Personnellement - en bon athée que je suis, peu m’importe les positions du Pape, cela ne m’empêchera certainement pas de me faire les miennes propres !

Posté par Bastogi à 17:29 - Commentaires [8] - Permalien [#]

05 janvier 2009

Le bon et le mauvais pêcheur…

Voici l’extrait d’un article tiré du supplément Spécial brochet du magazine Le pêcheur de France, numéro d’octobre-novembre 2008 :

« J’ai un pote un peu rustre qui habite au fin fond des quatre, pardon six, coins de l’hexagone. Vous ne le ferez jamais sortir de son département. Il ne connaît pas le sandre puisqu’il n’y en a jamais eu chez lui. Par contre, des brochets, il y en a partout et il les pêche assidûment. Et, depuis près de trente ans que je le connais, je ne l’ai jamais vu pêcher à une autre technique qu’au poisson mort manié. Au moins, son geste est pur, il n’a jamais été pollué par le passage du sandre au brochet. Retrouver Marcel est toujours un plaisir et cela remet beaucoup d’idées reçues en ligne. Oublions le sandre, il n’y en a pas chez nous ! 

Découverte
Marcel pêchait le brochet au vif, quand il a découvert le poisson mort manié en regardant un « Parisien » en vacances, chercher des sandres là où il n’y en avait pas. La technique lui a plu parce qu’il s’agissait d’un poisson mort. Il n’a jamais pêché aux leurres, ce n’est pas son truc ! Le Parisien lui a donné une monture Drachkovitch avec des pompons rouges. Il l’a toujours, avec son emballage d’origine, mais elle a servi de modèle le soir même : moule à plomb dans du plâtre, corps en fil de fer et empiles en acier tressé faute de corde à piano ! Dès le lendemain, c’est-à-dire trois brochets plus tard, Marcel avait rangé le matériel à vif au placard. En plus, cette découverte a aussi changé la mentalité du bonhomme. De « viandard » quand il pêchait au vif, il est devenu un pêcheur responsable, fier de remettre régulièrement des brochets à l’eau. Bravo ! »

Selon l’auteur de cet article, le pêcheur responsable est forcément celui qui remet régulièrement des poissons à l’eau, c’est-à-dire celui qui pêche pour le plaisir de pêcher, par loisir, voire comme un sport, un concours de celui qui attrapera le plus gros. Sans penser au mal que l’on fait au poisson lorsqu’on l’accroche et le remonte, sans penser à tous ces petits poissons que l’on tue dans l’unique but d’en attraper des plus gros…
Loin de moi l’idée de me faire le grand défenseur des poissons. Mais faut-il que le pêcheur irresponsable soit automatiquement le « viandard », c’est-à-dire – je présume, celui qui mange tout ce qu’il pêche sans rien rejeter à l’eau ?
Pour ma part, j’estime que le pêcheur responsable est celui qui ne remonte pas plus de poissons que ce qu’il peut en manger. Il existe suffisamment de quotas et de taxes qui responsabilisent le pêcheur et permettent de maintenir l’équilibre dans notre milieu halieutique.
Par pitié, que les sportifs de la pêche ne se mettent pas à faire la morale aux pêcheurs du dimanche alors que l’on voit des tonnes de conserves de poissons déborder des rayons de nos supermarchés et qui vont, pour une part, partir à la poubelle faute de n’avoir été consommé avant la date limite de péremption !

PS : Puisque le Salon ouvre ses portes pour la première fois à ce genre de sujet, permettez-moi de rajouter un coup de gueule envers ceux qui s’imaginent que les chasseurs ne sont que des abrutis bons à rien d’autre que de tuer d’innocentes bêtes – voire quelques hommes de temps à autres : dans certains départements du sud-est de la France, il est demandé aux propriétaires de grands terrain de mieux utiliser le plan de chasse et de mettre en place des dispositifs de suivi avec les chasseurs, afin de contenir l’explosion de grands herbivores, leurs effectif se révélant « préoccupants ».
Oui, les chasseurs ont encore leur place dans notre société !

Posté par Bastogi à 11:02 - Cris du coeur - Commentaires [4] - Permalien [#]

16 décembre 2008

Phrase à méditer…

« Car ce n’est plus de l’affirmation de nos idées et de nos convictions qu’il est question, mais d’une course éperdue vers l’union pour plaire à l’opinion publique. »

Charles Pasqua - à propos de la période qui a suivi la réélection de François Mitterrand en 1988 (mais cette phrase n’est-elle pas toujours d’actualité ?), dans « Ce que je sais… Tome II : Un magnifique désastre (1988-1995) ».

Posté par Bastogi à 13:03 - Phrases à méditer - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 novembre 2008

Comment se faire du beurre sur le compte de l’Etat ?

scan0001Il y a quelques temps, le secteur de la restauration nous avait bassiné les oreilles afin d’obtenir la TVA à 5.5% sur leurs services, estimant que celle à 19.6% relevait trop les prix de vente et lui faisait perdre des clients…
Il avait obtenu, disons à moitié gain de cause puisque la TVA est descendue à 5.5% sur les ventes à emporter "seulement".
Tout ceci ne date pas d’hier me direz-vous. Non, en effet, mais nous pouvons nous permettre à l’heure actuelle d’en faire un petit bilan. La vente à emporter ne concerne pas, loin de là, tout le secteur de la restauration. En fait, elle ne concerne que les petits commerces et la restauration dite rapide. Ainsi ai-je pu constater par exemple que KFC (pour ne pas le nommer ;-) applique une TVA à 19.6% sur ses ventes « sur place » et à 5.5% sur ses ventes « à emporter », mais sans changer le prix final pour les consommateurs que nous sommes ! Cela signifie que KFC augmente sa marge de bénéfice lorsqu’il vend à emporter par rapport à ses ventes sur place, c’était bien la peine de pleurer sur la TVA trop élevée pour les prix de vente…
Restant fidèle à mon esprit buté sur ce genre de question, j’avais pris la décision il y a quelques années de ne plus me servir (certes pour les rares fois auxquelles je m’y arrête pour manger – quoique je dois reconnaître que je préfère KFC à Mac Donald’s, non pas parce que j’ai travaillé dans ce dernier mais plutôt parce que lorsque je vois la portion de frites à moitié remplie qu’ils me donnent pour le montant que je leur donne, j’ai mal au coeur) qu’au comptoir, et sur place. Mais voici que la dernière fois que j’y suis allé, je me suis rendu compte qu’ils avaient trouvé une riposte : désormais, quel que soit le mode de service que j’annonce au comptoir, la personne m’enregistre comme étant « à emporter » (voir le ticket représenté) et augmente ainsi la marge de son patron…
Ayant – comme beaucoup, la flemme de faire la remarque ou ne serait-ce qu’écrire à l’ « UFC que choisir ? » ; j’ai préféré vous en faire part sur mon blog. On verra bien si cela porte ses fruits et (qui sait ?) si cette histoire ira loin…

—————————————————————————————————————

Vite dit

 Tous contre Ségolène Royal : Les ténors du Parti Socialistes se sont – enfin, mis d’accord afin de faire front commun ! Il faut croire qu’il y a quelque chose que les socialistes détestent encore plus que de se mettre d’accord derrière une seule candidature, c’est de voir Mme Royal investit par les militants…
Dommage pour eux que ces derniers ne voient pas les choses de la même manière. Quoique si les militants n’avaient pas manifesté un faible pour Ségolène Royal lors des derniers votes (tous ceux pour lesquels on a fait appel à eux depuis plus d’un an en fait), jamais les alliances que nous voyons soudainement naître n’auraient vu le jour, cela devient un véritable cercle vicieux !

Barack Obama : Premier Président de couleur à se faire élire dans un pays où personne ne trouvait anormal - il n’y a encore que quelques dizaines d’années de cela, que des inscriptions dans le style « réservés aux Blancs » figurent sur des bancs publics (par exemple), c’est sans conteste une grand avancée dans les mentalités…
Mais à force d’entendre que c’est un Noir qui a été élu, et que c’est bien (voire mieux !) que ce soit un Noir qui ait été élu, on va finir par se demander si ce n’est pas l’effet inverse qui est en train de se produire : force est de constater que – dans un sens comme dans l’autre, la couleur de peau ne laisse toujours pas indifférent, et que beaucoup ont du mal à voir dans le Président des Etats-Unis élu avant tout un homme politique comme un autre…

Posté par Bastogi à 14:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 août 2008

Les brèves du jeudi 28.08.2008

Barack Obama.
L’on entend beaucoup parler à la radio (de RMC à RTL en passant par France Info) du candidat démocrate à la présidence des Etats-Unis depuis quelques jours : « Barack Obama a fait ci ; Barack Obama a dit ça ; Hillary Clinton a déclaré ceci ; Bill Clinton a annoncé cela ». En revanche, pas un seul mot sur le candidat républicain John Mc Cain !
Les radios seraient-elles en train de nous faire un bourrage de crâne afin d’amener les français à trouver Barack Obama sympathique (ce qui serait malheureux pour les radios privées telles que RMC ou RTL), ou bien sont-elles simplement en train de vendre aux Français l’information qu’ils souhaitent entendre afin de se faire acheter de la publicité (ce qui serait malheureux pour une radio public comme France Info) à un meilleur prix ? 

Le RSA.
L’on entend également beaucoup parler du Revenu de Solidarité Active ces temps-ci. L’on entend ceux qui seraient susceptibles d’en bénéficier se réjouir, et ceux qui vont se voir taxer leur capital afin de le financer s’en plaindre – grandes phrases à l’appui (fin des placements boursiers, chute de la bourse, baisse de la consommation entraînant une économie nationale de moins en moins compétitive etc.). Mais personne ne pose la véritable question qui doit être posée, à savoir comment se fait-il à l’heure actuelle qu’un Rmiste ait besoin d’un encouragement financier pour pouvoir se remettre en activité ? Tant que le fond du problème ne sera pas considéré, l’on pourra toujours chercher des solutions. 

Jospinistes.
Quelques heurs seulement après s’être porté candidat au poste de Premier secrétaire du Parti Socialiste, Bertrand Delanoë a encouragé « certains » à « avoir le courage de se rassembler sur les idées qu’ils partagent » tout en nommant Martine Aubry, Jean Marc Ayrault, François Hollande et … Pierre Moscovici !
Présenter sa candidature afin de proposer à ceux qui se sont déjà portés candidats de se rassembler derrière la sienne, je comprends mieux pourquoi Monsieur Delanoë a obtenu le soutien de certains Jospinistes… 

Complètement décalé.
Le Président russe Dimitri Medvedev a déclaré reconnaître l’indépendance des Républiques séparatistes géorgiennes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud. Ahurissant ! D’ailleurs l’Europe et les Etats-Unis se sont empressés de condamner cette déclaration.
Non mais c’est vrai, de quoi se mêle-t-il ?! Reconnaître cette indépendance, c’est comme ci l’Europe s’était permis de reconnaître l’indépendance du Kosovo en février dernier …

 

Posté par Bastogi à 19:05 - Les brèves de l'information - Commentaires [10] - Permalien [#]